L’attitude, la clé du succès

Attitude la clé du succèsOn peut toujours choisir le succès ou l’échec. Tout repose sur l’attitude. C’est la clé du succès et de la réussite.

Je veux prendre pour exemple les banlieues défavorisées. On dit que c’est l’environnement qui pervertit la jeunesse. Certes les cités ne sont pas avantagées, surtout en temps de crise (cela fait 30 ans que l’on connaît la crise), mais l’environnement ne fait pas tout.

En PNLLa communication efficace par la PNL on estime qu’un individu se réfère à différents niveaux neurologiques :

son identité,
ses croyances et valeurs,
ses capacités et compétences,
son comportement,
son environnement

L’individu est influencé par son environnement mais aussi par son identité, ses croyances et ses valeurs. On a beau être dans une misère noire, rien n’excuse des choix délictueux. Ce sont les valeurs qui font que l’on choisit de passer du côté obscur de la Force.

Néanmoins, l’individu n’est pas le comportement. Les délinquants sont récupérables. Il faut cependant changer leurs valeurs et leurs croyances. Et ce n’est pas une question d’argent, mais de compétences (tiens, un autre niveau neurologique). L’école de la République devrait, en plus des maths et du macramé, enseigner la science de la motivation et de la communication.

De la même façon, des échecs répétés ne présument en rien de l’avenir. Dans cet article je veux aborder le thème de l’attitude.

L’attitude est primordiale

J’entends souvent dire, je lis souvent qu’on ne peut rien à la situation. Faux !

Je vais prendre un autre exemple: le combat de Jean-Marc Mormeck contre l’ukrainien Vladimir Klitschko. Vous savez quoi ? Quelques jours avant la rencontre sur le ring, j’ai vu à la télé le face à face (comme dans Rocky) entre les deux boxeurs. L’ukrainien avait un regard d’acier. Mormeck baissait presque les yeux. Je me suis dit : « il va perdre ». Le français a bel et bien perdu.

Il n’avait pas l’attitude du vainqueur.

 

Notre attitude détermine notre façon d’aborder la vie

Si nous pensons que tout le monde nous en veut ou nous délaisse, nous aurons une attitude qui fera que tout le monde nous en voudra.

Le langage du corps représente selon certains scientifiques 80% de la communications entre êtres humains. L’attitude en fait partie. Le rapport que nous avons avec les autres est donc en partie déterminé par notre attitude.

Garder une attitude positive

Croyez-vous que le conflit mène au succès ? Non. Même en temps de paix notre société connaît un conflit larvé qui s’appelle la lutte des classes. Celle-ci était encore utile au début du siècle. Aujourd’hui, l’école est obligatoire, la Sécurité Sociale (menacée par le surendettement de l’État et des régions) et les Assedics constituent une bouée de sauvetage. Tout enfant de la République peut s’en sortir. Et avec internet, le Forex, la bourse, l’immobilier et que sais-je encore, il est possible de s’en sortir un peu mieux. Il suffit d’un peu de jugeote et de beaucoup de travail.

De nos jours, donc, la lutte des classes est avant tout une sorte de jalousie, d’envie, une mauvaise attitude envers ceux qui ont eu plus de chances dans leurs affaires ou à la naissance. Je dis que c’est la mauvaise attitude, car elle ne fait de mal qu’à ceux qui sont jaloux ou qui veulent lutter inutilement.

L’envie, la jalousie sont des attitudes négatives. Seule une attitude positive peut nous aider à réussir. Le secret du bonheur n’est-il pas de se contenter de ce que l’on a ?

La différence entre le succès et l’échec

Ce qui fait la différence entre le succès et l’échec c’est l’attitude. Thomas Edison ne s’est jamais découragé malgré un millier de tentatives infructueuses pour inventer l’ampoule à incandescence. Il a réussi parce qu’il a toujours conservé une attitude positive.

Si vous voulez réussir une tâche, adoptez une attitude positive avant de la commencer.

Si vous voulez rencontrer le succès, adoptez une attitude positive.

Copiez ceux qui réussissent

Si vous ne savez comment faire pour être « positif »,  regardez autour de vous. il y a certainement des personnes qui réussissent, qui ont de la chance.

La bonne « attitude » est d’essayer de suivre l’exemple de ceux réussissent. Adoptez la même attitude. Copiez leurs pensées, leurs façon de vivre. Interrogez-les pour savoir comment ils font, ce qu’ils pensent et ce qu’ils croient. Trouvez leurs valeurs et leurs croyances et faites-en les vôtres.

 

Crédits images :

Clare Bloomfield / FreeDigitalPhotos.net

Comments ( 2 )

  1. ReplyEdwige
    Je suis complètement d’accord. Au lieu de vouloir à tout prix créer de la mixité sociale ou autres allocations pansements, il faudrait vraiment changer la base qui est l’école. A chaque fois que je parle avec quelqu’un de ses années scolaires, je peux être sure à 100% qu’il va me raconter une anecdote (qui est en fait un traumatisme) d’un prof qui l’a dévalorisé. Il est urgent de repenser complètement la façon de former les profs sur la psychologie des enfants et d’intégrer des cours de développement personnel très tôt dans la scolarité. On a l’impression que l’Etat veut conserver une école médiocre pour pouvoir continuer à faire avaler des conditions de vie et une société médiocres. Cela pour éviter le changement. Encore une fois, l’insatisfaction « connue » est préférée à l’incertitude d’aller vers le mieux !
    • ReplyMichel de Changer Gagner
      Je ne pense pas que ce soit une volonté des classes dirigeantes, c'est peut-être juste parce que faire comme vous dites nécessite des personnes très compétentes. Or celles-ci ne sont pas non plus formées. Il n'y a qu'à voir les problèmes que l'on rencontre dans la société. Chacun fait ce qu'il peut... du moment qu'on change les programmes chaque année.

Leave a reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge