Comment apprendre la politique avec une chèvre

On peut apprendre même d’une chèvre. Et c’est vrai aussi en politique.

Alors, que peut nous apprendre une chèvre en politique ?

 

chevre monsieur seguin

 

Monsieur S. a témoigné sous réserve d’anonymat.

monsieur seguin

– C’était une petit chèvre bien tranquille. Elle s’appelait Blanquette. Elle s’ennuyait dans l’enclos.

– Elle s’ennuyait ?

– Oui. Elle disait que l’herbe était sans doute meilleure dans la montagne.

– Ah ! les espaces sauvages…

– Le problème… c’est que dans la montagne il y a le loup (excusez mon émotion…).

 

Blanquette voulait faire comme la Renaude qui était partie dans la montagne en 81.

À partir de ce moment, l’herbe du clos lui parut fade. L’ennui lui vint. Elle maigrit, son lait se fit rare. C’était pitié de la voir tirer tout le jour sur sa longe, la tête tournée du côté de la montagne, la narine ouverte, en faisant Mê !.. tristement.

La chèvre de Monsieur Seguin (http://www.ac-nancy-metz.fr/ia57/metzleval/pages/P600_20.htm)

 

 

L’herbe est toujours plus verte ailleurs.

 

Quel rapport avec la politique ?

Le peuple français en avait assez de cet enclos et de cette longe qui lui enserrait le cou.

Il avait besoin de liberté, de grands espaces, d’air plus pur.

C’est toujours pareil… C’est mieux chez le voisin.

L’herbe a un tout petit arrière-goût d’effort et la corde est rugueuse ? Qu’à cela ne tienne, on veut en changer.

Et on en change.

 

Même en politique le loup menace

Comme la Renaude, comme Blanquette, le peuple français va tomber nez à nez avec le loup.

Les marchés financiers, la crise, le poids de la dette, la montée en puissance du réalisme asiatique sont des loups bien plus modernes et bien plus puissants.

Le combat ne durera pas toute la nuit…

Après quelques semaines d’herbe fraîche des alpages, le peuple français se rend compte qu’il y a un petit arrière goût.

Le fantasme de liberté, de renouveau et de changement va vite se transformer en cauchemar car le loup approche.

 

On se fabrique soi-même son propre loup

Le pire c’est quand on engendre soi-même son loup, n’est-ce pas.

Empiler dettes sur dettes et ne pas réduire son train de vie est criminel car cela peuple la montagne de loups tous plus dangereux les uns que les autres.

Politique et  économie ne font pas bon ménage.

Ou plutôt, idéologie et économie ne font pas bon ménage.

Notre petite chèvre a été dévorée par le loup pour une idée :

une longe qui semblait trop courte.

 

Est-ce que Blanquette a eu raison ? Sur le plan individuel, à la limite.

Mais qu’arriverait-il si toute les chèvres faisaient pareil ?

À méditer…

 

Image : Nuchylee FreeDigitalPhotos.net

Mots-clés: chevre

Leave a reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge