Dean Ornish : comment soigner les maladies cardiovasculaires

Je viens de terminer un livre de Dean Ornish. Il y expose sa méthode pour soigner les maladies cardio-vasculaires. Au début cet ouvrage me semblait très prometteur. Est-ce qu’il a tenu ses promesses ? Voici mon compte-rendu.

 

dean ornish maladies cardiovasculaires

 

Présentation du livre

Le « Program for Reversing Heart Disease: The Only System Scientifically Proven to Reverse Heart Disease Without Drugs or Surgery » du Dr Ornish est un livre intéressant de 672 pages réédité en 1992.

Il me semblait prometteur. J’en attendais des réponses à mes interrogations sur les maladies cardiovasculaires.

Il se compose de 4 parties :

  • les bases de la méthode et de la nutrition
  • ouvrir son cœur
  • les recettes
  • les références.

Je donne une grande place aux références. En effet, l’auteur, Dean Ornish, base tout son argumentaire sur ces références. Principalement des études comparatives.

Il évoque aussi tout le long de l’ouvrage son programme.

 

Présentation du programme

Dean Ornish aurait mis au point un programme pour soigner les gens atteints de maladies du cœur. Il aurait ainsi soigné des tas de gens. Mais je n’ai pas bien compris son rôle. Il semblait être dans une université ou un hôpital universitaire… Bref, on ne sait pas trop.

Ornish est le fondateur d’une organisation à but non lucratif. La « Preventive Medicine Research Institute ».

Son programme aurait été suivi par Bill Clinton.

Mais, peu importe. Abordons sa méthode.

 

Une hygiène de vie saine

On peut dire que Dean Ornish est un pro végan. Tout ce qui est animal est mauvais.

Sa thèse est qu’en adoptant une hygiène de vie saine on guérit. Je n’en doute pas. Ses solutions me semblent plus douteuses.

Mais commençons par le commencement.

 

Une histoire de calories

Je l’écrirai sans doute plus loin. Tout repose sur des calculs d’apothicaires. Principalement sur les calories apportées par :

  • les protides
  • les lipides
  • les glucides.

En effet, le gras apporte 9 calories par gramme. Les protéines 4. Il suffit donc de réduire les graisses ! Et on peut alors manger autant de végétaux que l’on veut sans grossir !

Et les protéines ? Ah, ben, non, c’est animal. Donc pas bon pour la santé.

Donc, sur le principe on reste dans la croyance que toutes les calories se valent.

Ornish a réussi à faire maigrir des gens. Mais des gens qui mangeaient trop et n’importe comment.

 

Dean Ornish sur le plan nutritionnel

La chasse au gras est ouverte – produits autorisés

La nourriture autorisée est la suivante :

  • féculents
  • légumes
  • grains
  • fruits.

Tout ce qui est végétal, sans distinctions. Ah ! Pardon ! Il faut qu’il n’y ait pas de graisse dans ces végétaux. On est vraiment sur le niveau zéro de la diététique…

Il autorise les produits laitiers écrémés.

On fait la chasse au gras. Le nombre de calories absorbées via des graisses devrait se limiter à 10% du total !

 

Nourriture prohibée

Pour aller vite :

  • tout ce qui est animal
  • tout ce qui contient du gras (donc, aussi, avocats, cacahuètes, …).

Il faut aussi manger plus souvent. Et de petits repas. Nous verrons que c’est obligé quand on mange trop d’hydrates de carbone. (À cause de l’insuline).

 

cereales arme du crime

L’arme du crime…

 

Oui, mais…

Les fans de Ornish disent qu’il aurait précisé les choses. En fait son régime n’interdirait pas tout ça. C’est plutôt que si vous ne le suivez pas à la lettre vous n’en aurez pas les bénéfices. Vous grossirez. Et mourrez d’une attaque cardiaque.

Super !

Mais il y a autre chose dans le programme du Dr Dean Ornish.

 

S’ouvrir à soi et aux autres

Le plus intéressant dans ce programme c’est ce qui suit. Il consacre tout une partie du livre à montrer comment ouvrir son cœur.

Je ne suis pas convaincu par son régime. Mais sur cet aspect j’adhère à 100%.

C’est connu, les gens cardiaques ont une tendance à être stressés, à intérioriser et à se sentir isolés.

La méditation et le changement de perspective peuvent les aider.

D’ailleurs, le décodage biologique semble corroborer cette idée.

Les axes pour guérir de la maladie sont donc :

Je souscris à fond.

 

L’exercice physique

Que serait un livre sur la perte de poids et la santé sans l’exercice physique ? On a droit à une petite partie sur le sport. Bien sûr, quand on voit la photo du gars à l’époque on pense qu’il a pas un échantillon sur lui.

Je passe aussi sur l’abandon :

  • du tabac
  • de l’alcool…

Un mode de vie sain, quoi ! Sans gras et sans viande.

 

Sans gras, sans viande

C’est là que les bactéries attaquent ! Euh, non ! Que les gentils détracteurs de Ornish l’attaquent.

Les pauvres, ils disent que sans gras et sans viande on ne peut pas supporter longtemps le régime. Bouuuuh !

Bien sûr, ce n’est pas vraiment cela qui est important.

Mais pour l’instant, avançons.

 

Une thèse étayée par une tonne de références

J’ai failli croire à ce régime. L’auteur s’appuie sur des tas d’études menées par des gens sérieux ! Par exemple la fumeuse China Study.

Mais j’avais des doutes sur certains points :

  • il conseille le soja
  • les céréales
  • les huiles comme celle de colza…
  • interdit l’avocat et les noix
  • et accepte du lait écrémé.

Et puis, tout ce qu’il propose c’est du sucre !

J’ai donc cherché des détracteurs plus sérieux.

 

Presque tout ce que dit Ornish est faux !

C’est le Scientific American qui le dit

Et je suis tombé sur un article édifiant du Scientific American. Le voici.

 

Le cas Steve Jobs

Ensuite, il y a le cas Steve Jobs. Le fondateur de Apple aurait été la proie des végans. Et de Ornish. Du coup, d’après l’auteur de cet article, il aurait eu du mal à combattre son cancer. Car le cancer vit du sucre. Et devinez quel était le cancer de Jobs ? Celui du pancréas. Dont le rôle est de fabriquer l’insuline ! Or l’insuline a pour fonction de ? Réguler le glucose dans le sang…

Je ne sais pas s’il faut faire confiance au blog BulletProof. Mais cela ne me semble pas déconnant comme thèse.

Cela rejoint en effet le paradoxe Eisenhower.

 

Le coup de grâce à Dean Ornish

Ensuite (je la fais courte) on a deux bouquins fondateurs :

Le premier décrit les inexactitudes et manipulations à l’origine des croyances en diététique. Tout ce qu’on nous balance est faux.

Le second, écrit par des chercheurs sérieux, apporte des explications scientifiques détaillées en faveur du régime kétogène.

Si l’on compare les arguments du second à ceux de Ornish il n’y a pas photo !

Qui croire ? Ceux qui expérimentent et apportent des explications physiologiques détaillées ? Ou celui qui cite des études faussées où « association » est synonyme de causalité ? Dans une démarche éminemment scientifique !

Mon choix est fait.

 

Mon avis sur ce livre

Les plus

  • Si l’on en croit le décodage biologique moderne les maladies cardio vasculaires sont en partie provoquées par un renfermement sur soi ; s’ouvrir aux autres est donc une bonne chose
  • la partie du programme concernant l’ouverture de soi et le sport est appréciable

 

Les (gros) moins

  • Ce livre est avant tout une pub pour son programme.
  • Beaucoup trop de références à des études, mais peu d’explications scientifiques.
  • Une partie recettes trop volumineuse
  • « Association » n’est pas « causalité » ; la démarche scientifique n’étouffe pas cet ouvrage
  • recommander de manger :
    • soja
    • céréales
    • légumineuses et autres féculents en masse
  • et interdire :
    • avocats
    • matières grasses
    • produits animaux
  • me semble inconscient
  • il semble aussi que des gens sérieux ont démontré qu’un régime végan sans gras est dangereux.

 

Ce régime fait maigrir. Mais il introduit des déséquilibres trop importants. Il est en effet basé sur deux croyances erronées :

  • on est ce que l’on mange
  • c’est le nombre de calories qui compte.

 

Conclusion

Après avoir lu deux livres « végans » comme celui de Dean Ornish je ne savais plus trop quoi penser. Mais en lisant des livres anti végan bourrés de preuves scientifiques, elles, je suis fixé.

Si l’on dit de manger souvent c’est que les hydrates de carbone stimulent l’insuline. Celle-ci stocke la graisse, provoque l’inflammation des cellules et donne faim. Si les peuples primitifs devaient s’arrêter toutes les 2 heures pour manger ils n’auraient pas pu chasser et faire vivre leur tribu.

Je me souviens de mon prof de philo. Il avait dit à propos du développement de l’homme que le fait de manger des charognes avait permis aux hominidés de pouvoir se déplacer sur de plus longues distances. Et développer leur cerveau.

Par ailleurs, les animaux d’élevage sont engraissés avec quoi ?

Avec des céréales. Pas avec du gras.

C’est prouvé : nous ne sommes pas ce que nous mangeons. Alors, le gras n’est pas si mauvais que cela. Au contraire.

Je recommande donc de lire cet ouvrage de Dean Ornish pour la partie « ouvrir son cœur ». Pas pour le reste.

 

Photo : PeziBear

Mots-clés: http://changer-gagner.us4.list-manage.com/track/click?u=83d407ade0fc76092ed043758&id=f3126e7704&e=03b6baa3ab, www.changer-gagner.com

Comment ( 1 )

  1. ReplyTony Parisi
    Merci pour le blog ! Je fais tourner l'article sur FB ! Bon dimanche ! Tony Tony Parisi Article récent : Plombier ParisMy Profile

Leave a reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge