Pommes de terre, solanine et chlorprophame

pomme de terre changer-gagner

Le saviez-vous ? La patate, la bonne vieille pomme de terre est toxique. Oui, la pomme de terre contient du poison. Je ne parle pas, bien sûr, de l’amidon qui fait grossir et des pesticides. Je parle d’une substance naturelle, la solanine. En effet, la patate est une solanacée, une famille de plantes qui contiennent des alcaloïdes, poisons naturels.

La pomme de terre contient un poison ?

Que faire alors si la pomme de terre contient des alcaloïdes ? Sachez tout d’abord que la solanine est avant tout concentrée dans la peau. Ne mangez pas de pommes de terre qui ont encore leur peau, surtout si elles sont vieilles (et ce, aussi, pour une autre raison).
Épluchez généreusement les patates. Enlevez la peau et un peu plus.

Ne consommez pas ces tubercules s’ils ne sont plus très jeunes ou qui ont germé. Préférez les pommes de terres nouvelles.

Un autre poison

La pomme de terre contient un autre poison. en fait, on ne sait pas si c’est un poison, mais je ne me risquerait pas à en consommer en quantité car c’est quand même un produit chimique, probablement nocif.

Ce composé chimique c’est l’anti germe. Il est très difficile de conserver nos tubercules favoris. Ils ont la fâcheuse tendance à germer. Et la plupart des producteurs ou des revendeurs saupoudrent (généreusement) ces tubercules d’anti germe, un produit phytosanitaire à base de Chlorprophame. L’écotoxicologie de cette substance chimique n’est pas anodine. C’est un polluant toxique pour la flore et la faune, et vous faites partie de la faune !

Que faire ?

Bien laver vos aliments, bien les éplucher, acheter des produits bio ou les faire pousser vous même et tenter de les conserver sans ajouter de l’anti germe. D’ailleurs, l’anti germe est interdit à la vente, désormais, aux particuliers (mais pas aux professionnels !).

Choisissez une variété longue conservation et conservez-les dans un endroit obscur et sec.

Si vous avez des méthodes pour mieux les conserver, laissez-moi un commentaire.

 

 

 

 

Crédits images :

anankkml / FreeDigitalPhotos.net

Mots-clés: chlorprophame

Comments ( 7 )

  1. Replydanys
    Bonjour, Je suis fille d'agriculteurs. La façon aussi efficace qu'encestrale de préserver vos tubercules préférés, est tout simplement de retirer les germes à la main. Ainsi, si votre production est suffisante vous pourrez en manger jusqu'à la prochaine récolte. Un peu flétries certe mais largement commestibles, si vous les avez cultivées sans traitements nocifs. C'est long parce qu'il faut répéter l'opération plusieurs fois dans l'année, mais c'est la méthode saine par excellence. Cordialement
  2. ReplyYvonnick Elan
    J'ai lu sur Internet que la poudre de fleurs de sureau préalablement séchées est un anti-germinatif. Je vais essayer cette année
  3. ReplyMichel
    Bonjour. En fouinant, je viens de trouver l'éthylène et l’huile de menthe verte, et j'ai trouvé ça chez les industriels eux-même : http://grandes-cultures.reussir.fr/actualites/traitements-des-tubercules-de-pommme-de-terre-les-antigerminatifs-se-mettent-au-naturel:SCP1HV1K.html
    • ReplyMichel de Changer Gagner
      Merci pour l'info !
      • ReplyPikel
        Bonjour, en effet l'huile de menthe (attention il existe des centaines de variétés de menthe et pas toutes fonctionnent) est un antigerme très puissant et qui plus est 100% naturel. Il a été homologué en Europe pour application des pommes de terre stockées (professionnels mais arrive aussi en jardinerie pour les amateurs). La solution du froid n'est pas bonne du tout car le froid crée des sucres réducteurs dans les pommes de terre, qui, si elles sont cuites à haute température (friture, four) vont se transformer en Acrylamide, un métabolite hautement cancérigène. Ce métabolite se retrouve aussi dans le pain et le café. Pour l'identifier c'est très simple, si après cuisson à haute température les pommes de terre brunissent (le petit coloris marron qui laisse penser à une cuisson un peu trop longue), alors n'en mangez pas! Les professionnel connaissent bien ce phénomène, les pommes de terre destinées à la transformation (frites, chips, etc.) sont elles conservées à 8°C avec un anti-germinatif, alors que les pommes de terre de table (celles que vous achetez en filet) sont souvent conservées à 3°C afin de limiter les traitements, mais le remède est pire que la cause!
        • ReplyMichel de Changer Gagner
          Merci pour ces précisions. À titre indicatif, avez-vous des liens et des sources ? On ne sait plus qui croire dans ce domaine. Merci encore.

Leave a reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge