Les entrepreneurs sont-ils des escrocs ?

Les entrepreneurs, on les vénère (en tout cas pour certains) mais je me demande finalement si c’est justifié. Les entrepreneurs ne sont-ils pas finalement des escrocs ou des êtres insupportables ? Voici un coup de gueule contre des entrepreneurs (que vous ne connaissez pas mais que j’ai connu) qui se croient meilleurs que les autres. Ce n’est qu’un coup de gueule, bien sûr…

 

entrepreneur escroc
Attrape-moi si tu peux !

 

Désormais, suite à des expériences malheureuses avec des entrepreneurs, quand j’entends quelqu’un dire qu’il est un entrepreneur, j’ai une petite voix en moi qui me dit : « fais attention !« . Entrepreneur est devenu pour moi synonyme de personnage odieux. Pourquoi et comment. Appel à votre bon sens pour me faire changer d’avis !

 

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un entrepreneur ?

De nombreux personnages s’auto-désignent entrepreneurs. Certains sont même auto-entrepreneurs. C’est un signe de distinction. Ils disent « moi, je suis un entrepreneur », l’air de dire « je ne suis pas un salarié, moi ».

Ils gagnent beaucoup d’argent (et en perdent parfois beaucoup), achètent de grosses voitures (cela crée des charges, car le comptable dit qu’il n’y a pas assez de charges). Il y en a même qui roulent en voiture de sport mais pinaillent pour 30 euros par mois. La plupart sont prêts à vendre leurs parents pour faire du business.

 

Entrepreneurs ou entrepreneurs ?

En fait, il y entrepreneur et entrepreneur. Il y a un gouffre entre Xavier Niel et l’entrepreneur lambda voire l’infopreneur (le blogueur qui vend de l’information). Mais il y a quand même un point commun.

Quel est ce seul point commun entre Steve Jobs, Niel et les autres ?

Ils sont sans doute difficiles à vivre car obsédés par un objectif : réussir, réaliser un rêve, une vision. C’est une sorte de polarisation qui, certes, mène au succès, mais rend les relations avec l’entourage difficiles. Tu suis ou tu te casses. En gros, un entrepreneur est souvent insupportable. Il optimise tout : les impôts, les dépenses, les gains, … Il vaut mieux que les autres. Seule chose qu’il n’optimise pas : sa relation de couple. Sa femme se barre car elle en a marre d’être « optimisée ».

Non, ces gens-là ne sont pas des salariés avec leur job 9h-17h !

Mais revenons à notre blogueur infopreneur. Comme avec les feuilles durant l’automne, je passe beaucoup de temps à vider ma boîte aux lettres électronique de ces messages spamiques invitant à visionner la vidéo n° N (il y en a 4, en fait) d’un copain fort instructive mais qui aboutit forcément sur un produit à acheter.

Attendez ! Ce n’est pas tout !

Non seulement ils vous proposent un produit, disons un PDF (qui potentiellement vaut la peine d’être lu), mais en plus ils vous vendent quelques mois après la même chose en mp3, en vidéo, en coaching, en séminaire. C’est la même chose, sauf que vous la payez jusqu’à dix fois plus cher !

En extrapolant un peu je plaisante parfois en disant que ces blogueurs (ultra connus) vont bientôt vendre leur formation 1 million d’euros. Ben oui ! Il y a bien, quelque part quelqu’un qui a fait des millions avec (au moins le créateur) ! Alors ça vaut 1 million !

 

Le web-marketing nous a tuer

Attention, je ne dis pas que certaines formations ne sont pas utiles. Il y en a quelques unes qui apportent des choses (bien que bien souvent l’achat de 10 bouquins en anglais à 10 euros max la pièce vous apporte autant). Cependant, la plupart du temps tous les leviers psychologiques supposés déclencher l’achat sont utilisés et le produit vaut bien trop cher. Et c’est surtout la manière. C’est le web-marketing ! Ils utilisent des méthodes justifiées dans d’autres domaines pour vous vendre leur camelote.

C’est exactement comme avec l’IPad et autres tablettes, Iphones et téléphones. Personne n’a besoin de jouer à des jeux débiles, à passer ses doigts gras sur un morceau de verre / plastique à 700 euros pour surfer sur le web aux chiottes, mais cela fait plaisir d’engloutir son épargne dans des produits obsolètes au bout de 2 ans.

 

Savez-vous quel est le point commun entre un entrepreneur sur le web et un pêcheur ?

Tous les deux rêvent de tomber sur un étang plein de poissons frénétiques et affamés. C’est écrit noir sur blanc dans les bouquins (pardon, ebooks) de web-marketing. Vendez là où il y a des acheteurs compulsifs. Les grandes marques comme Apple créent même ces réservoirs d’acheteurs frénétiques.

C’est pour cela qu’il y a toujours plus d’acheteurs et de produits tournant autour du thème de la perte de poids. Aucun ne marche, mais les gens sont prêts à tout essayer. Et le font – les bougres !

 

Entrepreneurs limites

Les infopreneurs s’arrêtent cependant à votre boîte de réception. Pourtant, il y a une race d’entrepreneurs pire que les autres. Ceux qui veulent vous embrigader dans une chaîne de MLM (Multi Level Marketing). Vous en avez sûrement connu ! « Ce système marche ! La preuve, il y a Truc qui fait 8000 euros par semaine avec ce système. Je peux pas te l’expliquer comme ça, il faut assister à la prochaine réunion dans ton bled qui va t’expliquer comment cela marche. » Réunion dans laquelle un spécialiste du bourrage de mou va t’endoctriner.

Cela marche tellement bien (la réunion, pas le système) que cela pousse un membre lointain de ta famille – que tu n’as jamais vu en 15 ans bien qu’il habite à 20 minutes de chez toi – à reprendre contact avec toi pour de proposer de faire partie de ce système.

C’est un produit miraculeux, mais la boîte qui le fabrique ne le vend que par MLM ! Bizarre, non ? Un produit miraculeux devrait se vendre par le simple bouche à oreille, non ?

 

Les vrais entrepreneurs

Oups ! Je n’ai pas donné le pour. Le seul point positif avec les entrepreneurs c’est que les vrais créent des emplois. Ils deviennent chefs d’entreprise et emploient des salariés.

Les vrais entrepreneurs, eux, prennent des risques, inventent de nouveaux produits à forte valeur ajoutée. Ils leur arrivent d’échouer. Ils ne passent pas leur temps à tenter de vendre tout et n’importe quoi.

Les vrais petits entrepreneurs sont les commerçants, bouchers, boulangers, les artisans, ceux qui bossent dur, les inventeurs, brefs, ceux qui ont une compétence à vendre. Ils ne se contentent pas de monter quelques chose en 2 mois. Ils ne font pas de l’affiliation.

Ils ne disent pas « je suis entrepreneur ». Ils n’ont pas le temps car ils bossent. Et ils créent de l’emploi sans s’en vanter. Et rêvent d’être salariés.

 

Entrepreneur par snobisme ?

Et puis il y a une certaine jalousie. Eux entrepreneurs ! Pas salariés ! C’est vrai que la plupart sont sans diplôme, alors s’ils étaient salarié ce serait à faible salaire. Le « je suis entrepreneur » c’est la révolte du sans diplôme, de celui qui n’a rien foutu à l’école. Et de se plaindre qu’en France on ne valorise que le diplôme.

Être salarié c’est aussi pouvoir s’insérer dans le monde du travail, dans des organisations plus grandes qui ont un but plus élevé. On ne peut pas avoir une société composée seulement d’entrepreneurs individualistes. Et heureusement les gouvernements en contiennent peu – mais trop de politiciens plus préoccupés par leurs gains et leur réélection que par le bien commun.

 

Vers plus d’éthique dans l’entreprenariat

Alors que faut-il faire ? Entrepreneur ou salarié ? Chacun fait ce qu’il peut, mais le marché reconnaîtra ceux qui innovent dans les compétences et la valeur ajoutée plutôt que dans le marketing.

Le marketeur est l’ami de l’obsolescence programmée et du développement non durable. Il est faux de croire que la croissance vient de la consommation. L’innovation raisonnée et durable doit être mise en avant. L’infoprenariat doit être raisonné et éthique.

Si la position de salarié est dévalorisée c’est un indice du malaise de la société. À l’opposé, être entrepreneur ou patron c’est un ensemble de responsabilités qui ne sied pas à tout le monde. Ce n’est pas un jeu ou du snobisme.

Il n’y a aucun mal à être entrepreneur, mais il faut être focalisé plus sur le service offert que sur l’outil ou l’esprit. En clair, préférer promouvoir un produit réellement utile plutôt que chercher un produit à vendre.

 

Conclusion

Ainsi, quand vous entendrez désormais « je suis un entrepreneur » vous vous poserez ces deux questions :

  • est-ce parce qu’il n’a pas le niveau pour être employable ?
  • est-ce un frimeur ?

Et j’espère que vous vous méfierez.

 

 

 

Photo: photostock FreeDigitalPhotos.net

 

 

Comments ( 14 )

  1. ReplyMarjorie@Histoire à Vivre
    Hello Michel, Voilà un article qui a le mérite de soulever la polémique, c'est peut-être le but recherché ;) Pour donner mon grain de sel, je pense simplement qu'il y a toujours de tout dans tous les métiers. On ne peut pas généraliser. Pour parler de moi, depuis l'âge de 20 ans, je rêve de travailler chez moi, dans l'écriture. J'aimais aussi les ordinateurs, donc Internet fut la solution idéale pour moi. Je n'ai jamais été bien d'être salariée, c'est un état qui ne me convient pas car d'une part, je suis rétive à l'autorité et j'arrive tout le temps en retard, d'autre part je suis très créative et donc j'aime gérer mon temps, écrire, créer. Je suis justement en train de plancher sur un produit ludo-pédagogique innovant pour parents et enseignants, car c'est une de mes passions (l'éducation alternative). Comme diplôme, j'ai le bac, ce qui ne m'apporte pas grand chose et j'ai quasiment toujours bossé dans la restauration, que je déteste mais dont les postes sont faciles à trouver. Mon dernier job était super, j'étais rédactrice correctrice, enfin dans mes cordes, et enfin des horaires de bureau (car maman solo). Il est vrai qu'il faut distinguer le "vrai" entrepreneur, qui travaille passionnément à trouver une solution pour ses clients, et qui embauche quand c'est possible (dur dur en France quand même), de celui qui veut simplement faire de l'argent sans réfléchir. Mais comme dit plus haut, il y a de tout. Moi je me considère comme entrepreneur apprenant, je me forme pour devenir excellente dans mon domaine. Et j'ai compris qu'il ne faut pas penser "je veux vendre tel produit" mais "je veux aider des personnes en trouvant une solution à leur problème". Il existe des moyens pour construire, avec beaucoup de travail en amont, des systèmes automatisés qui nous permettent de voyager. Moi c'est ce que je recherche justement, je ne vois pas pourquoi je passerais à côté si ça me convient. Je conçois aussi que l'entrepreunariat, ce n'est pas pour tout le monde, c'est évident. On est tous différents et on aspire à des choses différentes. Il faut s'entourer des bonnes personnes, se former et apprendre sans discontinuer, persévérer jusqu'à atteindre son rêve, quel qu'il soit et peu importe le métier qu'on fait, du moment qu'on s'y sente bien (en usine sans prise de tête, boulanger à son compte, vendeur de vélos salarié ou à son compte, patron, auto-entrepreneur qui arrondit ses fins de mois), peu importe tant qu'on reste fidèle à ses valeurs et respectueux et intègre. Belle journée Marjorie Marjorie@Histoire à Vivre Article récent : [Video] Résultat du concours de Gigi : la gagnante !My Profile
    • ReplyMichel de Changer Gagner
      Bonjour Marjorie ! Tout le monde n'est pas dans le même sac. J'ai réellement vécu un mauvais contact avec un de ces entrepreneurs décriés. Il y a beaucoup de vendeurs de rêves et ils survivent à cause des générations d'internautes qui se succèdent en espérant. Toutefois, je ne nie pas que le web est un autre support pour développer une activité bien réelle. Mais certains "entrepreneurs" utilisent des arguments un peu foireux, et toujours ces méthodes de ventes à la noix (souvent inspirées de la partie "communication" de la PNL ou de l'Analyse Transactionnelle ou de Cialdini) pas toujours éthiques. Les personnes qui n'y sont pas formées se laissent prendre. Si le produit vendu rend vraiment service, ça va, mais si ce n'est qu'un gadget, ou, pire, un brouillon, c'est plus ennuyeux. Merci pour ton long témoignage ! ;-)
      • ReplyMarjorie@Histoire à Vivre
        Tout à fait Michel, il y a bien sûr les vendeurs de rêves. J'ai moi aussi plongé dans la "soupe" marketing en investissant dans diverses formations en ligne, depuis 3 ans. J'ai enfin connu un groupe de marketeurs avec un réel soutien (groupe skype privé donc concret), de réelles solutions (captures d'écran à l'appui), et qui ne dit pas "appuyez sur ce bouton et gagner 1 million dans 1 seconde" lol. Je viens aussi de commencer une formation business car j'ai besoin de mettre un coup de pouce à ma passion, et comme je ne pouvais pas la payer, on s'est mis à 4 et celui qui l'a payée nous fournit les infos. Voilà. Cela me fait penser à un Eldorado : la ruée vers l'or. Une infinité d'espoirs et très peu d'élus. Je me demande de quel entrepreneur tu parles. Belle journée ! :) Marjorie@Histoire à Vivre Article récent : [Video] Résultat du concours de Gigi : la gagnante !My Profile
        • ReplyMichel de Changer Gagner
          Il ne s'agissait pas d'un entrepreneur connu. Il n'est pas présent sur le web. Pour le reste, je pense que chacun de nous en a marre au bout d'un certain temps de voir pleuvoir les emails avec "regardez cette série de vidéos..."
  2. Replynadege lechevin
    je viens de lire votre coup de gueule sur les entrepreneurs et oui il y a des cons partout des PDG qui se l'a pete et des PDG qui on une ethique des salariés fainéants car qu'ils bossent ou pas le salaire est le meme. le MLM qui peux etre une solution pour certain pas pour tous c'est vrai que dans ce metier beaucoup font n'importe quoi mais c'est un metier comme tout metier cela s'apprend !!!moi j'ai un boulanger en face de chez moi qui est un artisan "qui bosse dur" comme vous dites mais le fait de lui dire que sont pain n'est pas bon et qu iln' est pas aimable avec la clientele je l'amalgame à tout les boulangers de la planete!! alors s'il vous plait je ne sait pas comment vous vous décrivez aupres des autres car moi je suis une salariée et partenaire d'une societe MLM j'aime dire (avec humour ) que je suis entredonneur!! car le MLM c'est avant de partager et de proposer en aucun cas on met un flingue sur la tete ne faites pas comme les autres taper avant de comprendre!!! c'était mon coup de gueule à moi ne pas mettre tout le monde dans le meme panier!
    • ReplyMichel de Changer Gagner
      Entre coups de gueules :-) ! Merci pour cette réaction ! Comme je l'ai écrit, quand on te rend visite après 10 ans de silence radio, pour te vendre un produit dont tu n'as pas besoin... Après, chacun a sa propre éthique. Je ne mets pas tout le monde dans le même sac...
  3. ReplyB&A
    Ne désespérons pas ;) Actuellement, on (re)découvre de plus en plus que les vendeurs escrocs ne durent pas, et que le vrai succès durable ne s'obtient que par des win-win deals. Les grandes écoles de commerce donnent maintenant des cours d'entreprenariat éthique ! Alors, les gens qui tentent encore de réussir en prenant les autres pour des pigeons sont voués à se casser la binette ;) Les vrais battants, ce seront ceux qui suivront un rêve plus grand qu'eux, que leur petite personne & leur seul bien-être (voir http://www.bonheuretamour.com/2016/09/11/une-vie-de-reve/ ) & apporteront aux gens un produit ou service dont ils ont VRAIMENT besoin, c-à-d qui améliorera leur vie !
    • ReplyMichel de Changer Gagner
      En général les besoins des gens sont créés. Exemple : les écouteur sans fil de la firme à la pomme...
      • ReplyB&A
        Bah, on peut dire que ça sert quand même à quelque chose... Le tout, c'est de résister au "toujours plus" (surtout que, si on continue comme ça, avec une politique de croissance infinie sur une planète aux ressources finies, ça va mal finir), de ne pas être un gogo qui subit le martèlement de la pub & se fait aspirer par le matérialisme ... B&A Article récent : Une vie de rêve …My Profile
  4. ReplyB&A
    On peut aussi en rire ; NORMAN - COMMENT GAGNER 10000€ PAR SECONDE : https://www.youtube.com/watch?v=gxXhwaZewlQ B&A Article récent : Une vie de rêve …My Profile
  5. ReplySaltz
    Merci pour ce coup de gueule ; je pense qu'il faut plus mettre à l'index les infopreneurs que les entrepreneurs classiques . . Ces derniers étant dans le concret à construire tout les jours ; si le produit concret est défaillant , tous les acheteurs le percoivent immédiatement et la sanction . Pour les infopreneurs , c'est plus pernicieux car ils prétendent vendre de l'information , formation ou connaissances . Quand on gratte leur produit , il s'avèrent que le niveau est souvent aux ras des paquerettes pour un prix stratosphérique . Il y a aussi et c'est pas nouveau un problème avec la vente de la "Connaissance" .En gros apprendre à lire et à écrire est-ce-que cela doit être gratuit ou payant ? Et le corolaire qui va avec la connaissance doit-elle être gratuite ou payante ? Mes trucs pour endiguer les info preneurs escrocs lister le cout des info produits achetés , lister les réussites qui en ont découlées (souvent 0), se référer à sa liste régulièrement .Observer si il y a une corrélation entre le diplome ou niveau d'expérience de l'info-preneur et son produit .Comparer son niveau actuel et le niveau du produit . etc ... Dernière remarque avec l'infopreneur ; je ne pense pas que ce dernier crée un besoin (le besoin de s'informer avec de la haute qualité en connaissance) mais ce dernier s'appuis plus sur un état de "manque collectif" dans 9 cas sur 10 ce sera une vente marquée sous l'angle du "manque d'argent" . Ce qu'ils exploitent c'est le "sentiment du manque d'argent" ;sentiment à relier à nos niveaux de chômage en occident . Ou bien comment exploiter un gros landais .Tu es trop gros ou grosse ? Achètes donc mon .pdf cela va te faire maigrir . Saltz Article récent : Les assurances dans le domaine de la constructionMy Profile
    • ReplyMichel de Changer Gagner
      Très bon commentaire. Merci. Effectivement l'entrepreneur est plus propre. Mais j'en connais qui sont détestables. Sans compter les professions de voleurs, professions dont les services sont rendus obligatoires par la loi, les règlements et qui sont rémunérés souvent à la commission. Mais ce ne sont pas vraiment des entrepreneurs...

Leave a reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge