Atteindre ses objectifs et courir 160 km

atteindre ses objectifs

Un expert dans l’art d’atteindre ses objectifs

Il s’appelle Tri Duc et ce n’est pas un titre de film avec Bud Spencer. C’est son prénom. Tri Duc aime se fixer des objectifs ambitieux dans le domaine du sport et les atteindre. Voici l’histoire résumée de son dernier exploit. Une histoire qui vous montre comment atteindre ses objectifs.

 

Présentation de la « bête »

C’est un jeune ingénieur taillé comme un dieu grec – 0% de gras – qui fait du triathlon ou du semi marathon pour se maintenir en forme. Il coache des coureurs qui veulent se dépasser (son compte tweeter : @coachsemi).

 

Modeste et sympathique (je le connais car j’ai travaillé avec lui) il en sait bien plus sur la motivation que beaucoup d’entre nous.

J’avais conseillé à ce jeune papa de se lancer dans le blogging afin d’exploiter ses compétences et de les partager de manière rentabilisable.

 

Il ne s’est pas encore lancé à fond mais ses supporters sont quand même nombreux.

 

J’ai déjà failli vous présenter ses exploits lorsqu’il y a un an il prévoyait de traverser Paris à la nage (dans la Seine, pas dans les égouts :-)) !

Mais cela a été annulé : cela aurait fait trop de vagues !

 

Il a un cœur puissant mais aussi en or car il récolte des fonds pour une association.

Écoutez donc l’histoire de son dernier exploit et faites connaître son site et l’association qu’il défend.

 

Après l’Ironman, le GRP

 

En 2010 il court l’Ironman de Nice : 3,8 km à la nage, 180 km à vélo et un marathon.

Oh, c’était déjà un habitué du marathon, des 100 km, de l’ultra-marathon (j’ai déjà mal aux pieds…).

 

En 2013 il s’est lancé dans l’aventure du GRP, une course en montagne de 160 km et 10 000 m de dénivelé.

 

Une course comme ça cela se prépare pendant des mois (8 mois pour celle-ci).

Voyons un peu comment ce maître dans l’art d’atteindre ses objectifs s’est motivé.

 

La motivation au service des objectifs

Tri Duc est essentiellement mu par 2 motivations :

  • l’envie de se dépasser, de repousser ses limites
  • soutenir l’association Aide et Action.

À partir de là il va mettre en place un plan d’entraînement implacable.

 

Contrairement aux préparations de ses précédentes épreuves cette fois-ci il l’a fait plutôt au feeling. Il était capable de ressentir ce qu’il lui fallait. L’expérience, quoi !

 

Pour atteindre l’objectif final, je me concentre d’abord sur la préparation.  David Douillet

 

Ce que m’a toujours répété Tri Duc c’est l’idée de se dépasser. C’est vraiment son mantra. L’envie de se dépasser, de vouloir faire mieux.

 

Cliquez sur l’image pour découvrir

le meilleur cours d’hypnose pratique

Tout le monde peut essayer de faire mieux. Tri Duc avait une blessure qui menaçait de se réveiller, il était un peu las des entraînements, mais il y est allé petit à petit.

La volonté peut beaucoup. S’est-il auto-hypnotisé ? Peut-être.

 

Vous aussi vous pouvez vous motiver pour atteindre vos objectifs.

 

Alors que l’imbécile regarde le doigt du sage qui pointe la lune, regardez la lune.

 

Pour atteindre un objectif vous devez faire comme si vous aviez déjà atteint l’objectif.

 

Installez-vous dans cette sensation. Visualisez ce qui se passera quand vous aurez réussi : les images, les sons, les sensations.

 

Tri Duc se voyait déjà franchir la ligne d’arrivée et avoir récolté plein d’argent pour l’association.

 

Visualiser l’objectif atteint est le meilleur moyen de communiquer à son inconscient ce que l’on veut. Et lui, il sait comment vous le faire atteindre.

 

reussir a se-motiver
Qu’est-ce qui vous fait courir ?

 

 

Comment atteindre ses objectif

 

Allez, je vais ressortir ma citation préférée…

 

Un voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas. Lao-Tseu

 

Ne désirez pas atteindre tout de suite vos objectifs.

La plupart du temps ils sont trop ambitieux et vous ne réussiriez pas du premier coup.

Ce qui vous découragerait à coup sûr.

 

Fractionnez vos objectifs en sous objectifs.

Décomposez-les en étapes faciles à franchir.

Imaginez un chemin japonais.

 

un pas après l'autre
Un pas après l’autre

 

Le cheminement vers l’objectif doit être décomposé en étapes aisément franchissables.

Vous éviterez ainsi de vous décourager et votre corps ou votre esprit s’habituera progressivement.

 

Le chemin n’est pas unique

 

Il est très important également de savoir que le chemin qui vous mènera vers l’atteinte de vos objectifs n’est pas unique.

 

Je raconte souvent comment Steven Spielberg (je crois que c’est lui) a réussi à percer.

Il traînait souvent sur les plateaux de cinéma. Un jour il voit une caravane ou une pièce inoccupée.

Il en fait son bureau et écrit dessus « Steven Spielberg », réalisateur.

On connaît la suite.

Légende ou pas, il s’est installé dans le rôle qui était son objectif.

 

Il a fait comme si. Et il n’a pas choisi les chemins battus.

 

Parfois, comme l’eau, il faut savoir prendre des chemins détournés. Comme le roseau il faut savoir être flexible.

 

savoir atteindre ses objectifs
Soyez flexibles dans l’atteinte de vos objectifs !

 

Un combat contre soi-même

 

Atteindre ses objectifs revient souvent à engager un combat contre soi-même.

Tri Duc, dans son récit, écrit :

« J’atteins un état dans lequel où je dois exhorter mon corps à avancer, je me bats contre moi-même afin d’avancer et de ne pas abandonner. Mon cerveau n’abdique pas et ma volonté d’atteindre l’arrivée reste intacte.« 

 

Notre athlète parle de volonté. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec lui. La volonté n’est pas toujours là. Si vous voulez un coup de pouce supplémentaire, programmez votre inconscient (grâce à l’auto-hypnose, par exemple).

Lui, il est toujours fidèle au poste et ne se repose jamais.

Mais je pense qu’il a, à force d’entraînement, hard codé dans son précieux moi-intérieur cette envie de se dépasser.

 

Une leçon pour chacun de nous !

 

Si vous voulez lire le récit complet du GRP de Tri Duc, ses autres exploits et, pourquoi pas, découvrir l’association pour laquelle il se bat et faire un don, voici les liens :

Le récit : http://twitdoc.com/2B00

Son blog : http://www.alvarum.com/grp

 

 
Images : Ambro pour les coureuses, puis Evgeni Dinev et Toa55 pour les chemins FreeDigitalPhotos.net

Comments ( 10 )

  1. Replycaroline
    Une telle motivation vient de nos personnalités primaires : la première empreinte de tempérament faite dans le cerveau néolimbique: on fait les choses parce que c'est une évidence, qu'on y trouve un plaisir (même dans la douleur) au delà du besoin de résultat. Il y a un biotype : Le compétiteur qui aime se dépasser , se lancer des défis et donner le meilleur de lui-même. Avoir ce biotype en perso primaire donne des individus résistants à l'effort et à l’échec. Le hic, c'est que cette empreinte se fait dan le cerveau avant la fin de la première année de vie.... autrement dit, pour ceux qui n'ont pas cela en eux, il faut trouver la motivation ailleurs...! caroline Article récent : Interview de VidéoBourseMy Profile
    • ReplyMichel de Changer Gagner
      Bonjour Caroline. Je ne suis pas tout à fait d'accord avec cela. L'empreinte, ou plutôt l'apprentissage d'un comportement ou l'intégration de croyances, se fait avant 1 an, ou après, mais cela ne veut pas dire que l'on ne peut pas changer. Le cerveau humain est capable d'apprendre très vite une phobie. Il est aussi capable de la désapprendre. C'est la même chose pour la motivation. Je ne dis pas que c'est facile. Pour faire comme Tri-Duc il faut le modéliser. Mais pour que cela réussisse, il faut que ce comportement, ces croyances, soient écologiques (n'entrent pas en conflit avec d'autres choses). Michel de Changer Gagner Article récent : Atteindre ses objectifs et courir 160 kmMy Profile
  2. ReplyEdwige
    J'utilise moi aussi ces techniques de visualisation pour faire des trails (petites distances). Ça marche vraiment bien! Ce témoignage comme beaucoup d'autres dans le sport extrême ont l’intérêt de montrer à quel point le cerveau peut prendre le contrôle sur le corps et son immense pouvoir. Mais personnellement je trouve que ce n'est pas respecter son corps ni se respecter que de lui faire subir ces efforts extrêmes. On peut se demander pour quelle raison et pour se prouver quoi, ils détruisent leur capital santé et prennent des risques. J'ose même aller plus loin en posant la question de savoir pourquoi ce sont majoritairement des hommes qui se lancent ce genre de défi? Edwige Article récent : Contre le mal des transports : la solution définitive ! (2)My Profile
    • ReplyMichel de Changer Gagner
      Une étude récente a montré que les cyclistes pro vivaient plus longtemps... Alors qui croire ? Tri-Duc mesure ses efforts et je ne pense pas qu'il mette sa santé en danger. Seulement, au bout d'un certain nombre de kilomètres on a mal aux pieds ! :-) Et ses exploits ne sont pas si fréquents. Le sport libère des endorphines qui sont bénéfiques pour la santé. Détruire son capital santé revient à dire que ce capital est fini. Cela reste à prouver. Je m'inquiète plus pour le temps ou il s'arrêtera de faire du sport...
  3. ReplyGeorge
    Bonjour Michel, La motivation + volonté = Succès . Merci infiniment pour ce superbe article. George Article récent : ITC career - join the teamMy Profile
  4. ReplyPhilippe
    Bonjour Michel, effectivement, le sport de haut niveau peut esquinter le corps mais pas le sport à "doses normales". La visualisation est une technique très utilisée en coaching sportif et il existe un certain nombre d'outils très valables comme la Situation de référence (pour identifier un des meilleurs moments de réussite), et des outils complémentaires comme le switch (pour passer d'un état émotionnel à un autre) ou le Profil d’aptitude au défi (pour gérer le stress de surpression et de sous-pression). Bien sûr l'hypnose et l'auto-hypnose sont également les bienvenus.
  5. ReplyPhilippe
    Plus précisément, la technique du switch (avec un tc) est tirée de la méthode Target (une méthode de préparation mentale pour sportifs de haut niveau) qui décrit un switch pour passer d'un état - à un état +, et un switch pour passer d'un état + à un état ++. Mais elle est inspirée de la technique du swish (avec un s) qui est une technique PNL imaginée par Grinder et Bandler. J'en ai fait une présentation sur cette page: http://www.aloha-coaching.fr/changez-vos-envies-technique-swish-pnl (à prendre au second degré!).
  6. ReplyDaniel
    La volonté est le meilleur allié et le pire ennemi du sportif. On pourra dire ce que l'on veut sur notre corps et notre état de santé, ce sera toujours notre motivation (ou l'absence de motivation) qui nous poussera à continuer ou à arrêter le sport. Le tout est de trouver alors pour chacun d'entre nous ce qui peut nous pousser ou non à faire du sport. Pour certains, ce sera de le faire à intervalles réguliers, pour d'autres de le faire avec des amis. Pour ma part, ce serait plutôt de faire un suivi de mon activité sportive, par exemple avec une application sur mon téléphone (j'aime beaucoup RunKeeper par exemple). Daniel Article récent : Les protéines et la musculation, quelle quantité faut-il consommer ?My Profile
    • ReplyMichel de Changer Gagner
      Merci pour ce retour et RunKeeper ! Dans le cas de Tri Duc il y a aussi l'association qu'il essaie de sponsoriser.

Leave a reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge